Le rapport annuel 2017 de la métropole de Lyon sur la gestion des déchets !

Le rapport annuel 2017 de la métropole de Lyon sur la gestion des déchets !

Chaque année, la Métropole de Lyon se doit de présenter un rapport annuel sur le prix et la qualité du service public de prévention et de gestion des déchets destiné, principalement, à l’information des usagers (conformément à l’article L 2224-17-1 du Code général des collectivités territoriales (CGCT), issu du décret n°2015-1827 du 30 décembre 2015).

Retrouvez ainsi les actions menées en 2017, depuis les étapes de réduction des déchets jusqu’à leurs traitements, mais aussi des données (ex : la production de déchets selon les principaux flux) et autres indicateurs techniques et financiers.

Le document est accessible sur le site de la Métropole de Lyon dans la sous-rubrique « rapport annuel » : https://www.grandlyon.com/pratique/publications-proprete.html

Page de garde du rapport annuel

Un réseau écologique métropolitain

Le réseau écologique, appelé aussi trame verte et bleue, est un concept issu de l’écologie du paysage. En équilibre dynamique et déclinable à plusieurs échelles (des grandes migrations mondiales d’oiseaux au déplacement d’insectes dans un pré), ce réseau permet aux espèces de réaliser tout ou partie de leur cycle de vie et de se déplacer pour se nourrir, se reproduire ou prendre en compte le réchauffement climatique. Il est composé d’écosystèmes de différentes natures qui peuvent jouer le rôle de réservoirs de biodiversité et/ou de corridors écologiques suivant les espèces.

Schéma trame verte et bleue

La Métropole de Lyon est compétente en matière d’actions de valorisation du patrimoine naturel et paysager. Plusieurs dispositifs de la Métropole de Lyon, menés très souvent dans le cadre de partenariat avec les communes, le monde associatif…, contribuent à la gestion et à la préservation d’un réseau écologique fonctionnel.

Un réseau de sites naturels ouverts au public

Quinze sites naturels, répartis sur l’ensemble du territoire métropolitain, accueillent le public grâce à leur réseau de sentiers entretenus et balisés, à des animations permettant de découvrir leur nature et à des actions favorisant la biodiversité (création de mares, de haies…). Les parcs de Lacroix-Laval et de Parilly, propriétés de la Métropole de Lyon, sont également des espaces gérés pour être ouverts au public. A ces sites, il convient d’ajouter le champ captant de Crépieux-Charmy qui fournit en eau potable une très grande partie des habitants de la métropole. Cette vocation principale fait que le site est fermé au public pour des raisons de sécurité.

Ces sites ont été « labellisés » pour leur forte valeur patrimoniale (paysage, faune et flore) dans le cadre des dispositifs Projets nature et/ou Espaces naturels sensibles, respectivement portés depuis le début des années 1990 par la Communauté urbaine de Lyon et le Département du Rhône. Depuis le 1er janvier 2015, la Métropole de Lyon est seule compétente pour ces deux politiques aux sites et objectifs partagés qui sont les suivants :

  • préserver la qualité des sites, des paysages et des milieux naturels :travaux de restauration et d’entretien des milieux naturels (coupes et plantations d’arbres, débroussaillage, fauchage, lutte contre les espèces invasives, nettoyage des déchets…),
  • aménager ces espaces pour être ouverts au public, sauf exception justifiée par la fragilité du milieu naturel : ouverture et sécurisation des sentiers, créations de sentiers d’interprétation, programmes d’animations pédagogiques et de suivis écologiques des sites.

La préservation et la mise en valeur d’un site est établie, en fonction de ses caractéristiques (faune, flore, habitats naturels, paysages, usages) et de ses enjeux (dégradation nécessitant restauration, besoin d’entretien, mesures de préservation), par un plan de gestion. Il est décliné annuellement par un programme d’actions, défini de manière partenariale.

Les actions qui en découlent, sont réalisées par des syndicats mixtes sur trois sites dont la Métropole de Lyon est membre, en délégation de gestion auprès des communes sur dix autres sites. Ces dernières bénéficient du soutien technique et financier de la Métropole de Lyon. Les parcs de Parilly et de Lacroix-Laval sont gérés directement par les services de la Métropole de Lyon.

L’ouverture au public des sites a connu un développement important depuis le début des années 1990. De nombreux aménagements et outils de découverte et de connaissances des sites sont aujourd’hui proposés : chemin balisé, cartoguides,  sentiers d’interprétation, livrets pédagogiques, animations pédagogiques.

La mise en valeur des sites répond à la volonté d’offrir des lieux privilégiés de « rencontre » du public avec la nature sans mettre en péril le fragile équilibre des écosystèmes.

Les quinze sites gérés :

  • parc de Miribel-Jonage – Syndicat mixte pour l’aménagement et la gestion de l’île de Miribel-Jonage
  • îles et lônes du Rhône – Syndicat mixte du Rhône, des îles et des lônes
  • Monts d’Or – Syndicat mixte Plaines Monts d’Or
  • Biézin nature – Chassieu et Décines-Charpieu
  • Plateau des Grandes Terres – Feyzin, Corbas et Vénissieux
  • Plateau des Hautes-Barolles – Saint-Genis-Laval
  • Yzeron aval – Sainte-Foy-lès-Lyon, La Mulatière et Oullins
  • Vallée de l’Yzeron – Craponne et Francheville
  • Plateau de Méginand – Tassin-la-Demi-Lune, Saint-Genis-les-Ollières et Charbonnières-les-Bains
  • Vallons de Serres, de Planches et de la Beffe – Dardilly, Écully, Charbonnières-les-Bains et La Tour-de-Salvagny
  • Vallon des Torrières – Neuville-sur-Saône, Genay et Montanay
  • Vallon des Échets – Fontaines-Saint-Martin, Rochetaillée-sur-Saône et Fleurieu-sur-Saône
  • Parc de Sermenaz – Rillieux-la-Pape
  • Parc de Parilly – Vénissieux et Bron
  • Parc de Lacroix-Laval – Marcy-l’Étoile

Les sites ENS gérés